Avec la nouvelle loi fédérale sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication (LSCPT), la surveillance devrait être largement étendue. Outre ses nombreuses équivoques, cette loi comporte deux points centraux très graves.

La LSCPT, tout juste révisée, prévoit que la durée de sauvegarde d’une banque de données sauvegardées soit rallongée de 6 à 12 mois. Ce qui signifie que les informations concernant tout-un-chacun, avec qui, de quelle manière, quand et d’où nous communiquons, seraient sauvegardées, à titre préventif, ce qui fera de nous tous des suspects potentiels. Qui plus est, la LSCPT nouvellement révisée autorise l’engagement de chevaux de Troie étatiques. Ainsi, des ordinateurs civils pourraient faire ainsi l’objet d’une surveillance en temps réel et ce, dans la plus parfaite légalité – de nombreuses questions quant à la sécurité et à un contrôle judiciaire restant par ailleurs sans réponse. Du fait que les services de renseignements auraient accès à cet instrument, cela laisse les portes grandes ouvertes à l’arbitraire.

Nous nous engageons, au 21ème siècle encore et toujours, à défendre la Liberté et les droits fondamentaux. Nous refusons, avec la plus grande fermeté, l’expansion, inutile et dangereuse, de l’Etat fouineur, et disons par conséquent NON à la révision de la LSCPT !

–> Tu trouveras davantage d’arguments et d’informations dans notre argumentaire détaillé. (en allemand)